Déjà fini...

Publié le par Michel Becquet

undefined

Bien que le festival ait duré une matinée de plus, je regrette qu'il soit déjà terminé. J'ai, pendant ces quatre jours, oublié les atrocités commises au Viêt Nam pour vivre en osmose avec une nouvelle génération aspirant au bien être de l'être humain : la paix. Ce festival a été le symbole de la contestation pacifiste américaine et annonce un profond changement dans nos sociétés (pas uniquement américaine, mais aussi française et au-delà).


Le dimanche, Max Yasgur a été invité au micro pour s'adresser à la foule qui avait envahi sa propriété :
" Vous avez prouvé quelque chose au monde entier, qu'un demi million de jeunes peuvent se rassembler et s'offrir trois jours de musique et de bons temps et que rien d'autre ne leur arrive que du bon temps et de la musique. Dieu vous bénisse "
Au-delà de sa propre générosité, le commentaire de Max Yasgur me semble traduire l'évolution de l'opinion de la plupart de ses concitoyens.


Commenter cet article