L'organisation

Publié le par Michel Becquet

Une telle foule demande que soient traités les problèmes d'accueil que posera le présence de dizaines de milliers de personnes rassemblés pendant trois jours, le temps d'un festival, et il faudra donc assurer le gîte, le couvert et la sécurité. Les organisateurs ont donc fait appel à un ancien chef de la police de San Francisco. Il partage la même analyse que les organisateurs : « Nous sommes en 1969. Il y a une guerre au Vietnâm, le mouvement pour les droits civiques a pris un tour révolutionnaire et les campus sont entrés en rebellion. Les jeunes sont souvent engagés politiquement et depuis la convention de Chicago, la police est l'ennemi. Dans ces conditions, il n'est pas question d'envisager une sécurité classique, employant des hommes en armes et en uniformes, d'autant plus qu'il y a fort à parier que marijuana et LSD vont circuler. L'idée du chef de la police est d'employer des fonctionnaires en congé, avec l'accord de leur hiérarchie sans armes et identifiables par le port d'un tee-shirt marqué d'un sigle « Peace Corps », dont l'écho ne peut manquer de susciter la sympathie de la foule, en grande partie partisante du mouvement hippie. Finalement, il a été fait interdiction aux policiers de participer.
undefinedLe site du futur festival à Bethel.
 
 

Enfin, on fait appel à la «Hog Farm» - ferme du cochon - une structure fondée par Wavy Gravy. Il lui sera confié les services généraux, accueil et organisation de la cuisine centrale des équipes qui travailleront pour le festival. La «Hog Farm» sera aussi chargée de responsabiliser la foule afin d'assurer une sécurité sans l'aide de la police.
John Morris, chargé de la sélection des artistes et des négociations avec les managers, a commencé à signer avec les premiers concernés, s'assurant quelques grands noms, tout en suivant une sorte de plan d'ensemble, calqué sur le festival de Monterey qui reste la référence.

La plupart des artistes sont rodés aux festivals, ayant participé à celui de Newport, Monterey ou Miami; le programme prend forme. Joan Baez, Ravi Shankar, Richie Havens, Ten Years After, Grateful Dead, Jefferson Airplane, Joe Cocker, Janis Joplin, The Who et Jimi Hendrix ont déjà donné leur accord. Une sorte d'unanimité des organisateurs a écarté les Rolling Stones dont l'image de violence actuelle ne cadre pas avec le festival, et les Doors déclinent l'invitation, Jim Morrison est lui convaincu qu'il sera agressé et tué sur scène.

Commenter cet article