Neuf ans...

Publié le par Michel Becquet

En ce mois de de février 1968, voici 9 ans que le conflit  dure entre le Viêt Nam et les Etats-Unis... en voici un rapide historique :

La sévère défaite de l'armée française à Diên Bien Phû, le 7 mars 1954 va amener en catastrophe lors des accords de Genève, le 26 avril, le retrait de la France en Indochine. Le Vietnam est alors partagé en deux jusqu'à la tenue d'élections prévues en juillet 1956 pour la réunification avec une partie communiste au Nord du 17ème parallèle et une partie méridionale pro occidentale.

 

journal--france-soir.JPG

Les deux parties du Viêt Nam connurent alors la mise en place de gouvernements idéologiquement opposés. Les élections libres dans la partie sud, prévues par les accords de Genève, n'eurent pas lieu : Ngô Dinh Diêm y proclama la République du Viêt Nam (RVN) suite à un coup d’État déguisé en référendum (épaulé par les USA).
L'écart politique de ces deux moitiés a créé une scission telle qu'une guerre civile éclate en 1957 avec comme enjeu la réunification ou le morcellement du pays. Dans ce conflit se mêlent les Etats Unis et l'Union Soviétique et s'inscrit donc dans la guerre froide.
L’implication des États-Unis dans la guerre est progressive. Tout dabord en ayant mainmise sur le gouvernement de la partie sud pour le pousser à devenir anti-communiste, puis en entraînant celui-ci à conquérir la partie nord, afin de réunifier le pays.



L'engagement américain débute sous le mandat du président Eisenhower, qui, dès 1955, met en place à Saïgon une mission militaire chargée d'assumer complètement l'organisation et l'entraînement de l'armée de la RVN. En 1959, 15 nouvelles missions militaires sont mises en place et dans le même temps, on construit 46 terrains d'aviation et 11 bases navales. C'est à ce moment que commença la guerre du Viêt Nam.
Le parti de l'opposition se fesait de plus en plus important et une tentative de coup d'Etat fut menée en décembre 1959 mais échoua et le 20 décembre 1960, était créée le Front national pour la libération du Viêt Nam (aussi appelé  Viêt-Cong) qui se veut pour une réunification des deux Viêt Nam et pour une défense contre les agressions étrangères.

En 1960, les bases américaines s'élèvent à 57 et plus de 2 000 opérations de « ratissage » sont effectuées par les troupes de la RVN conduites par des officiers américains. En 1961, le nouveau président Kennedy porte à 15.000 hommes l'effectif des conseillers militaires (il s'agit d'un terme diplomatique pour désigner des soldats) les États-Unis envoient également une escadrille de B-26 et deux compagnies d'hélicoptères.
undefined

En janvier 1963 eut lieu la bataille de Ap Bac, une bataille d'importance mineure au niveau envergure mais non moins symbolique car causant les premières pertes américaines. Le 1er novembre, le premier ministre Ngô Đình Diệm, subit un coup d'Etat de la part de l'armée et est fusillé le lendemain . Une junte militaire est mise en place avec à sa tête Duong Van Minh.
Au cours de ce mois, un millier de soldats s'ajoutent aux 15.000 actuels.
Le président Kennedy, ordonne le retrait de 1.000 soldats américains avant Noël et de toutes les troupes avant la fin de l'année 1965. Le 22 novembre 1963, il est assassiné à Dallas. Son successeur, Lyndon Johnson, annule ce retrait et à l'inverse de son prédécesseur, il augmente le contingent.

En mai 1964, débutent les raids américains sur le Laos. Le 7 août, le sénat américain vote une loi autorisant l'intensification de la participation militaire américaine, le président Jonhson ordonne alors l'envoi d'avions de combat au Vietnam Sud et le bombardement de cibles militaires au Vietnam Nord en représailles.

Lyndon Johnson franchit une nouvelle étape le 13 février 1965 en ordonnant des raids aériens plus étendus sur le nord. Cette opération durera 38 mois et déversera un demi-million de tonnes de bombes.
En avril, à l'insu de l'opinion publique américaine, le Pentagone et le président Johnson prennent la décision d'engager les États-Unis dans la bataille terrestre en RVN avec pour ordre une mission offensive de « recherche et destruction » afin d'écraser la rebellion.
En juillet, le président Johnson annonce que les forces américaines vont être portées à 125.000 hommes.
En octobre se déroule le premier combat terrestre entre Américains et soldats réguliers de la RDVN. En décembre 1965, les effectifs américains sont de 185.000 hommes.
En décembre, le contingent se porte à 390.000 hommes. Pendant toute l'année 1966, les bombardements se poursuivent sur la RDVN, ainsi que pendant l'année 1967. Les effectifs américains stationnés en RVN sont alors de 510.000 hommes. À ces effectifs, il convient de rajouter 40.000 hommes de l'USAF (armée de l'air) basés en Thaïlande et 30.000 autres aux formations de la 7e Flotte (marine américaine).
De 1964 à aujourd'hui, les Etats-Unis pratiquent l'escalade militaire, en pensant qu'ils vont remporter une victoire sur le terrain.

Commenter cet article